Histoire du "Grand Hotel Bellevue"

Westende Belle-Vue Arret du tram électrique.jpg

La station balnéaire Westende et le «  Grand Hotel Bellevue » 

 

 

Quatorze ans après la fondation de la station balnéaire de Westende par Edouard et Paul Otlet, le « Grand Hotel Bellevue N.V. », fondé en 1909, entame la construction d'un hôtel du même nom. 

L'architecte Octave Van Rysselberghe, qui avait été architecte de la ville à l’époque, a été désigné pour cette tâche. 

Il a collaboré pour cela avec le marchand d'art Nicolas Lembrée. 

Ensemble, ils étaient responsables d'un design pratique, harmonieux et artistique d'un nouvel hôtel, selon la vision de la famille Otlet. 

L'hôtel devait devenir le rendez-vous des touristes en quête de détente, de sport et d'art. 

Il en est résulté un bâtiment d'aspect moderniste qui combinait des techniques de constructions innovantes avec une apparence plutôt classique en combinant l'austérité avec la symétrie, l'orthogonalité, des éléments de décorations figuratifs et  architecturaux classiques, comme une architrave, un sous-sol, etc.

Westende Carte postale 110.jpg

Phase de construction 1 :  Projet de l’Hôtel 

 

En 1911, l'entrepreneur Jean Van Hecke achève l’implantation du bâtiment principal, composé principalement d'une ossature en béton armé, de dalles de sol préfabriquées de la marque bruxelloise « Herbst » et de dalles en pierre naturelle pour le revêtement de la façade avec des joints de couleur contrastée (rouge-orange).

 En juin de cette année-là, l'hôtel qui compte 225 chambres chacune avec sa propre loggia et  balustrade en bois, ouvre ses portes.

Le bâtiment est équipé d'eau courante, d'électricité et de chauffage central.

 

Les installations comprenaient seize piscines d'eau de mer logées dans une extension à toit plat, deux ascenseurs, un jardin paysagé et des courts de tennis. 

Plan des étages  30388.jpg
Westende Carte postale 129.jpg
Westende Tennis couleur.jpg

Après 1911, des dépendances sont érigées : une résidence de directeur, un garage, un hôtel pour le personnel de service et un cinéma avec salle d'exposition. 

Chacune de ces dépendances a été achevée avant l'été 1914. 

 

Le plan de rue en damier de Paul Otlet dans le centre de Westende a reçu un deuxième hôtel de luxe,  le « Westend Hotel ».

 

Une salle de spectacle était située au centre du rez-de-chaussée de l'hôtel. 

Des colonnes jumelées avec des chapiteaux corinthiens soutenaient la structure. 

Le plafond était un plafond à caissons et avait un total de six lucarnes séparées. 

A côté de la salle de banquet se trouvaient une salle de correspondance, un salon de thé, des terrasses couvertes, une salle de lecture et une salle de petit-déjeuner.

 

Les premier, deuxième et troisième étages sont construits de la même manière. 

Le quatrième étage est frappant et montre un schéma de circulation différent du côté côtier et de la façade sud-ouest. 

A cet étage, les pièces sont plus petites.

belle-Vue salle des fêtes en couleurs.jpg
Westende Carte postale 79.jpg
Westende Carte postale 78.jpg

Phase de construction 2 : un « Grand Hôtel Bellevue » plus sobre.

 

 La Première Guerre mondiale détruisit le nouvel hôtel à un point tel qu'une première restauration fut nécessaire dans la période 1920-1924.

La structure et la stabilité du bâtiment ont été sérieusement affectées. 

L'extrémité sud et les deux derniers étages ont été particulièrement touchés. 

L'impact des bombardements sur le bâtiment a été préjudiciable à l'ensemble de la stabilité du bâtiment, même après la rénovation et la restauration du bâtiment après la première guerre mondiale.

Westende belle-vue 14-19 delcampe 2330.jpg
westende Belle-Vue 1.jpg
1917 Juli Bellevue.jpg

Octave Van Rysselberghe a réalisé les nouveaux plans pour l'entrepreneur bruxellois Marchand.

 La deuxième version de l'hôtel Bellevue est devenue plus sobre, sans cinéma ni salle d'exposition ou d’institut thermal. 

Il avait un total de 175 lits.

Les garages ont été reconstruits à un autre endroit. 

Les courts de tennis ont également été réaménagés, mais ceux-ci ont disparus définitivement en 1937-1938 avec la construction de l'actuelle « Zonnelaan ». 

Le toit mansardé en tuiles rouges de style cottage dans la rotonde a été remplacé par un cinquième étage. 

Les onze travées ont été conservées. 

Après la restauration, l'aile sud n'avait plus que deux étages. 

Le volume à l'ouest, qui comprenait les bains et une terrasse ensoleillée, n'a également été que partiellement reconstruit. 

Peu de temps après, l'entrée principale du bâtiment de la quatrième travée en partant de la droite a été déplacée à son emplacement actuel, toujours côté sud du complexe. 

Celui-ci donnait un accès direct depuis la cage d'escalier au rez-de-chaussée, où un restaurant a été construit dans l'après-guerre. 

À ce jour, les barrages muraux en saillie sur la façade sud rappellent l’entrée d'origine du bâtiment. 

westende Belle-Vue 4.jpg
westende Belle-Vue.jpg
Photo du 19juillet24 BV Westende.jpg

À l'été 1932, le Grand Hôtel est fermé, mais la salle de banquet reste en usage.

En 1933, le « Grand Hôtel de Belle-Vue » dut fermer ses portes. 

Les clients de l'hôtel ont désertés en raison de la crise économique et de la concurrence croissante avec « Het Zoute », une station balnéaire voisine. 

Le directeur d'hôtel expérimenté Philippe Amberg a tenté de relancer le tourisme en 1936, mais cela s'est avéré vain après que l'armée repris l'hôtel en 1940 comme hôpital de campagne. 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'Allemagne a occupé l'ancien hôtel, l'a également utilisé comme hôpital de campagne et a dépouillé le bâtiment de toutes les pièces métalliques. 

Enfin, les alliés y restèrent également jusqu'en mars 1945. 

d95e036018bd4aa4a92e27761abeb65249a5115d296748ac92e4b42d2157015be7335889b82c498296737f71ba

Le plan d'étage des premier, deuxième et troisième étages de 1932 présente de grandes similitudes avec le plan d'étage de la phase de construction 1. 

Seules les pièces de la courte façade sud-ouest diffèrent grandement de la phase de construction précédente. 

En effet, après la reconstruction du complexe dans la phase de construction 2, la façade a été conçue différemment et a reçu un aspect plus moderniste.

 

 

Phase de construction 3 : transformation partielle en complexe d'appartements. 

 

À l'été 1948, le Grand Hôtel Bellevue est mis en vente publique. 

Il devait cependant conserver sa fonction d'hôtel. 

A cause de cela, il n'y avait pas d’amateurs. 

Il a ensuite fallu attendre les années 1950 avant que le bâtiment ne soit relancé. 

Un groupe français dirigé par Henri Stas a divisé le bâtiment en 1951-1952 en un complexe d'appartements appelé "Résidence Belle-vue" et en hôtel de plage qui a reçu le nom de "La Rotonde". 

Les travaux ont été supervisés par l'architecte Emile De Nève.  

L'ancienne salle de banquet, conçue à l'époque comme un atrium avec une estrade, a partiellement disparu afin de rendre les appartements au rez-de-chaussée plus spacieux. 

Seules des parties de l'entablement et du plafond à caissons ont été conservées. 

Les colonnades pseudo-ioniques ont disparues. 

L'ancienne salle à manger se limita alors à un restaurant d'où il n'y avait qu'une vue sur l’intérieur du pays. 

Un appartement au sous-sol pour monsieur Achiel Kuylle et son épouse, concierges, a été aménagé. 

Ils ont supervisé et assuré l'entretien pendant 17 ans.

 

 

Le 27 avril 1983, le bâtiment a été classé. 

Douze ans plus tard, le 10 novembre, l'intérieur a également suivi. 

L'état physique du bâtiment laissait beaucoup à désirer, c'est pourquoi, en 1990, il fut à nouveau demandé une restauration. 

Dans les années 1990, les architectes Govaert et Vanhoutte ont réalisé une restauration extérieure, pour laquelle ils ont été nommés pour le « Vlaamse Monumentenprijs » en 1999.

 

En 2009, l’hôtel a été rénové pour le tournage de 'Het Hotel'. 

Dans la rotonde au rez-de-chaussée, le restaurant  avec vue sur la mer a été restauré. 

Au départ, la salle à manger occupait déjà tout l'hémisphère. 

Dans l'espace entre l’entrée du restaurant et la salle de bal se trouve le hall d'entrée, la cage d'escalier (constituée d'une cage d'ascenseur entourée d'un escalier), un escalier de service et l'ancien fumoir.

 

 

Finition historique de l'intérieur et de l'extérieur.

 

Le plâtre de ciment récupéré sur le mur sud de ce qui était auparavant le restaurant serait d'origine. 

Après tout, le bâtiment d'origine était construit en béton et en fer (cf. supra). 

Il en va de même pour les moulures qui décorent la structure en béton. 

Les recherches stratigraphiques de la couleur  historique dans le dossier de restauration des toitures et façades de 1994 ont montré que le restaurant avait une finition grise sur les murs, les menuiseries intérieures et extérieures, les moulures et le plafond. 

Les murs et les moulures ont été encore finis avec des accents roses, blancs et noirs, appliqués en mélanges. 

Les chapiteaux des colonnes étaient entièrement peints en rose et animés de lignes d'ombre grises. 

Les flûtes ont été finies avec de la peinture noire. 

Par la suite, d'autres couches de peinture ont suivi à l'intérieur : vert foncé, jaune orangé et rose fuchsia. 

Cependant, les menuiseries extérieures ont reçu une couleur beige à un stade ultérieur, tout comme les chauffages en fonte. 

Enfin, l'espace a reçu une couleur jaune-beige avec des accents vert foncé. Vraisemblablement, les chambres étaient plus neutres. 

On a trouvé ici du beige clair et du blanc beige puis un coloris rose et vert clair pour enfin obtenir un papier peint.

Source :

Christophe Soulliaert | Zaakvoerder

Erfgoedstudio vof | Legeweg 249 | 8020 Oostkamp

www.erfgoedstudio.be

Un petit mot de mon cher papa, William Van Cauwenbergh

Mijn zoon, Jean-luc, die zich buitengewoon inzet voor een betere kennis van de Bellevue, heeft mij gevraagd deze rubriek in te luiden.

Ik doe het graag als wellicht de oudste bewoner in leeftijd en  duur van de bewoning.

Ook anecdotes en belevenissen drukken een stempel op wat de Bellevue was en is geworden en zijn van aard om de samenhorigheid met al die weetjes te bevorderen.

Ik zal mij’ naar gelang de aard van de gebeurtenissen of de personen in kwestie, in het Frans of in het  Nederlands uitdrukken en zonder vertaling want veelal gaat het sappige van de situatie met een vertaling verloren.

Chers amis,

au cours de ma présence de plus d’un demi siècle au Bellevue en m’y dévouant dans des fonctions diverses pour le bien-être commun, les situations anecdotiques ont été nombreuses et variées .

Le premier dont je fis connaissance- où plutôt qui m’ obligea à faire sa connaissance -fut le Comte Willy Weemaes qui a l’époque venait de renverser le Président du Conseil de gérance et reprit la fonction avec l’autoritarisme dont il était coutumier comme ancien juge, secrétaire du Roi Léopold III et Président de la firme Binje et Weemaes.

Un homme dur et exigeant et qui ne supporta pas la contradiction, mais un coeur généreux et égalitaire.

Ne légua-t-il pas toute sa fortune a une association pour le bien-être des animaux, n’invita-t'il chaque fois qu’il venait au Bellevue son chauffeur au restaurant "La rotonde", tenu par Mme Bocaer.

Ils y dégustaient les meilleurs mets préparés à leur intention par le Père Ernest arrosés par les meilleurs champagnes de la maison.

Il n’était pas bon de se frotter à la légère à un personnage qui dominait, avec brio, les situations les plus hasardeuses au Bellevue.

Il mettait à nu vos cogitations les plus malveillantes.

Mais même dans ce cas il ne vous tenait pas rancune.

Un de nos plus anciens copropriétaires, j’espère qu’il me lit encore, wallon à 200%, déclara un jour à une AG son désaccord avec un proposition du Président en disant à bien haute voix:

« Monsieur le Comte, vous déraillez.. »

Après  on entendait une mouche voler dans l’assemblée …

Le comte Weemaes était aussi visionnaire.

Ne préconisait - il pas d’abattre et reconstruire le Bellevue car les frais d’entretien deviendraient à la longue intenables…

 

Mijn nederlandstalige vrienden zullen nog een beetje geduld moeten uitoefenen.

Ik heb een hekel aan vertalingen omdat zij het sappige van een situatie moeilijk kunnen weergeven. Men vergeet niet dat uit de tijd waarvan ik spreek de Bellevue bijna uitsluitend bewoond was door een Franstalige elite.

Op de AV werd alleen Frans gesproken en correspondentie werd alleen in die taal gevoerd.

Rond de tijd van het eerste dekreet over de bescherming van de gevels en daken was het aantal Nederlandssprekende eigenaars gevoelig gestegen zodat al wat essentieel  was om bekend te geven, volwaardig voortaan ook in het Nederlands mocht gebeuren. 

 

 

Wellicht heb jij ook een of ander over het wel en wee van de Bellevue te vertellen. Doe het vandaag nog !

 

William Van Cauwenbergh